Voyage à l'autre bout du monde en Land

Fin du voyage en Moyen Orient et Shipping Israël/Italie 2020 (coronavirus)

11:25 , 30/03/2020, .. Publié dans 66 Shipping Israel Italie 2020 .. 0 trackbacks .. Lien
Mots clefs :

Pour voir directement les pays que nous avons visités, allez dans RUBRIQUES (sur la droite de la page

 

SHIPPING GRIMALDI ASHDOD (Israël)et SALERNO (Italie) du 17 février au  4 mars 2020

 

Démarches pour l'embarquement sur le cargo « Grande Méditerranéo) à Ashddod (Israël) pour rejoindre Salerno en Italie

Lundi 17 février, nous arrivons à Ashdod. Comme nous l'a indiqué la Cie Grimaldi, nous nous présentons à l'Agence Allalouf (Building SEAPORT au 9ème étage) qui s'occupera de notre embarquement.

Dès notre arrivée à l'agence, mauvaise nouvelle, nous apprenons que le bateau prévu le 20 février est retardé au dimanche 23 février.

L'agence nous indique ensuite ce que nous devons faire. Comme les passagers et les véhicules ne sont pas autorisées à rentrer seuls dans le port, il faut suivre la procédure suivante :

  • aller à la douane et contacter un « custom broker » qui nous accompagnera le jour de l'embarquement. Pour nous, nous appelons cette personne un facilitateur (comme nous en avons eu un à Sharja pour le shipping entre l'Iran et et les Émirats). L'Agence Allalouf nous recommande vivement Mr OFER Atedgi. Comme nous n'avons pas d'autres noms de facilitateurs, nous sommes obligés de traiter avec OFER, son prix 250€ et nous aurons à payer 1000 shekels en espèces (270€) de taxes portuaires. Rendez-vous chez le facilitateur dimanche 23 février entre 9 et 10 heures.

  • après cet étape, retour à l'agence, qui nous remet le « Embarking Passenger Manifest » en 3 exemplaires en contrepartie de frais d'agence que nous devons payer en espèces 150€.

 

Prix total du shipping : 1858€ 

Shipping Grimaldi : 1450€ + Frais d'agence chez Allalouf : 150€ (payé cash) + Facilitateur imposé par l'agence pour les démarches au port : 250€ (payé cash) +Taxes portuaires révisées 29 shekels, soit 8€  


10 jours et 11 nuits à bord du« Grande Méditerranéo, avec une escale à Alexandrie en Égypte et 2 escales à Gemlik et Golcüt , région de Marmara en Turquie

Dimanche 23 février, 9 heures, nous arrivons chez Ofer le facilitateur. La secrétaire nous informe que le bateau n'est pas encore arrivé et que nous devons revenir à midi. Nous retrouvons sur le parking devant le bureau d'Ofer, un couple de français avec un fourgon Ducato qui vont voyager avec nous sur le bateau. Nous déjeunons ensemble dans leur camping-car, car finalement on ne part au port qu'à 14 heures. C'est la dame qui nous a accueilli chez Offer qui nous accompagne au port et une fois le bateau à quai, nous pouvons commencer les démarches. On nous demande de sortir tous les sacs que nous avons dans le land et les ordinateurs pour les passer au scanner, puis les douaniers effectuent une fouille assez pointue à l'intérieur du land rover. Une fois la fouille terminée nous continuons les démarches dans deux bureaux avec le paiement des taxes portuaires, en dernier. A notre grande surprise, ce n'est pas 1000 shekels (270€) que nous avons à régler mais seulement 29 shekels (soit 8€). Nous qui avions fait changer des euros en shekels, qu'allons nous faire de la différence qui nous reste ? Nous demandons à la dame qui s'est occupée de nous, d'aller nous faire le change en ville. 17 heures, les démarches sont finies, nous nous garons devant l'entrée du bateau en attendant que la dame revienne avec notre argent.

 

Le Grande Mediterraneo, RORO de la Cie Grimaldi 

18 heures, nous pouvons monter sur le bateau. Nous laissons les clés des voitures à Arthuro et sommes accompagnés jusqu'au 9ème étage où nous prenons possession de notre cabine et faisons connaissance avec Hippolito, le steward. La conception du Grande Méditerraneo est exactement la même que les deux autres cargos Grimaldi que nous avions pris pour aller en Amérique du Sud (cabine, salon, salle à manger, machines à laver le linge etc, etc... ) et le règlement est sensiblement le même (repas pris dans la salle à manger les officiers)

20 heures, notre premier dîner et première nuit à bord. 

 

Lundi 24 février, nous faisons connaissance avec les autres passagers :Sylvie et Guy d'Antibes avec qui nous avons fait les démarches portuaires la veille, Claire journaliste qui rentre en France après 5 ans passés à Jérusalem, John un motard Irlandais et Marit une jeune danoise qui vient de faire un stage dans l'agriculture en Égypte. Dans le cargo, il y a également un sud africain qui va descendre ici à Ashdod pour partir sur une autre direction. Lundi après-midi, nous sommes autorisés à aller au Duty Free (munis de nos passeports et de notre ticket d'embarquement) en suivant un itinéraire très précis et contrôlés, car la circulation est très stricte à l’intérieur du port.

Mardi 25 février, 5 heures du matin le Grande Méditerraneo prend le large. Bye, bye Israël, et ce n'est pas dommage, nous ne garderons pas un souvenir impérissable de ce pays !!

 

Mercredi 26 février , nous arrivons au port d'Alexandrie dans la matinée et nous en repartons vers 21 heures. Nous nous occupons à regarder le travail des hommes du port bien occupés à décharger et recharger le bateau.

 

 

Jeudi 27 février, navigation toute la journée avec passage tout près de l’île de Rhodes (où nous pouvons nous connecter avec notre opérateur téléphonique français).

Vendredi 28 février : détroit des Dardanelles et Mer Égée avant d'arriver dans le port turc de Gemlik vers 21 heures.

 

Samedi 29 février : escale au port de Gemlik toute la journée, avant de rejoindre Golcüt, l'autre port turc dans la nuit.

Dimanche 1er mars : port de Golcüt où des centaines de vans vont être rentrés dans le bateau . Départ vers 14h30 pour la destination finale Salerne (région de Naples), au sud de l'Italie 

 

Lundi 2 mars et mardi 3 mars : navigation. Le mardi matin, on est appelé dans la cabine de pilotage pour un premier contrôle Coronavirus. Température autour de 37° pour tous les passagers. Ouf... c'est bon pour le débarquement en Italie.

 

Mercredi 4 mars : On arrive à Salerne (près de Naples) vers 6h30 du matin. Dernier petit-déjeuner à bord et vers les 9h nous prenons la route.

 

 

 

 

DU 4 AU 7 MARS, RETOUR A LA MAISON et CORONAVIRUS  : 3 jours de route pour remonter l'Italie, le long de la côte ouest, sans trop d'arrêts (exceptés pour 2 bivouacs).

 

A cause du coronavirus, nous avions peur que la frontière soit fermée entre l'Italie et la France, mais aucun contrôle à Vintimille et Menton. Nous arrivons à la maison le vendredi 6 mars vers 19h, sous la neige, mais très CONTENTS ! Notre ami Pierre nous attend, pour dîner chez lui.

Quelques jours après notre retour, nous apprenons par des amis voyageurs, que la Grimaldi a suspendu ses liaisons entre l'Israël et l'Italie, à cause de l'épidémie. 

Notre voyage au Moyen Orient se termine bien. Nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir rentrer avant le confinement (en France et dans les derniers pays traversés). 

   

 

Un article sur l'Eveil de la Haute-Loire : En voyage, ils réussissent à rentrer en Haute Loire, juste avant le confinement 

https://www.leveil.fr/freycenet-la-cuche-43150/loisirs/en-voyage-ils-reussissent-a-rentrer-en-haute-loire-juste-avant-le-confinement_13786561/?fbclid=IwAR1dTvVz27-RxWcDLABEBm1t6byI7YL8vQ_fLJ1P6xTX-pKckcLwvd0IYOQ#refresh 

 

 

Euro4X4parts, notre sponsor qui nous accompagne en Asie : http://www.euro4x4parts.com/

 




Fin du voyage en Moyen-Orient avec la Jordanie et Israël

04:35 , 13/02/2020, Israël .. Publié dans 65 Jordanie Israel 2020 .. 0 trackbacks .. Lien
Mots clefs :

Pour voir directement les pays que nous avons visités, allez dans RUBRIQUES (sur la droite de la page)

Fin du voyage en Moyen-Orient avec la Jordanie et Israël

04:35 , 13/02/2020, Israël .. Publié dans 65 Jordanie Israel .. 0 trackbacks .. Lien
Mots clefs :

Pour voir directement les pays que nous avons visités, allez dans RUBRIQUES (sur la droite de la page)

Fin du voyage au Moyen-Orient avec la Jordanie et Israël 

En octobre 2019, nous étions partis pour un voyage en Extrème-Orient (jusqu'au Pakistan, l'Inde et le Népal), avec l'idée de laisser le land au Népal pendant l'été 2020 (retour en France), puis reprendre la route en septembre 2020, vers d'autres contrées (la Chine et les pays en stan).  Compte tenu des événements politiques tout d'abord en Iran cette fin d'année 2019, mais surtout à cause du conflit au Cachemire entre l'Inde et le Pakistan, nous avons décidé, fin décembre, de modifier notre itinéraire et continuer notre voyage en passant par l'Arabie Saoudite, qui venait d'ouvrir ses frontières aux touristes. Et voilà pourquoi, en ce mois de février 2020, nous nous retrouvons au Golfe d'Aqabat pour rentrer en Jordanie, puis en Israël, avant le retour en Europe en bateau. 

 

La Jordanie, du 10 au 15 février 

La Jordanie est un pays arabe situé sur la rive orientale du Jourdain. Il se compose de monuments anciens, de réserves naturelles et de stations balnéaires. Le pays abrite notamment le célèbre site archéologique de Pétra, la capitale nabatéenne fondée autour de 300 ans av. J-C. Installée dans une vallée étroite et pourvue de tombeaux, de temples et de monuments sculptés dans les falaises en grès rose qui l'entourent, Pétra mérite bien son surnom de « cité rose ».

Mais cette fois-ci ce ne sera qu'un très court passage en Jordanie, car nous l'avons déjà visité en 1998. Nous sommes, quand même, ravis de revenir dans ce pays chargé d'histoire et aux magnifiques paysages.

Notre itinéraire : Aqabat, Vallée du Jourdain, la Mer Morte, Amman (la capitale) puis le retour par le centre plus montagneux avec les villes d'Al Karak, Tafilah, Swawbak, Petra, Ras-an, Naqab et Aqabat. 

 

Première pose déjeuner près du bord de la Mer Rouge, près du Golfe d'Aqabat, il fait très beau 

Premier coucher de soleil en Jordanie

Beaucoup de cultures dans les vallées

Boutiques bien achalandées en fruits et légumes (pour la plupart de la région)

La vie, en campagne, semble ne pas avoir changé depuis des siècles 

Des grottes habitées par des bergers 

La Mer Morte est un lac salé partagé entre Israël, la Cisjordanie et la Jordanie. Sa surface située à plus de 400 m en dessous du niveau de la mer en fait le point le plus bas de la terre. Elle est réputée pour sa salinité extrêmement élevée, qui permet de flotter facilement, et pour sa boue noire riche en minéraux, utilisée à des fins cosmétiques et thérapeutiques dans les spas de la région. Le désert qui entoure la mer Morte est parsemé d’oasis et de sites historiques. 

La Mer Morte et son beau dégradé de couleurs  

 

Au bord de la mer morte  

Campements de réfugiés syriens      

  

La situation des réfugiés syriens, très nombreux, en Jordanie

http://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20191015-jordanie-syriens-refugies-jordanie-retour-hcr 

 

Amman, capitale de la Jordanie

Amman se trouve dans une zone vallonnée au Nord-Ouest de la Jordanie. La ville était à l'origine bâtie sur sept collines (ce qui lui a valu le surnom de Rome du Moyen-Orient), mais elle s'étend maintenant sur 19 collines (chacune connue sous le nom « jabal » ou montagne). Les principaux quartiers d'Amman tirent leur nom des collines sur les pentes desquelles ils s'adossent. 

Un petit tour dans le centre ville d'Amman et dans ses quartiers    

 

Al Karak, Tafilah, sur les montagnes où l'on passe, en une trentaine de kilomètres, de -400m à plus de 1200m d'altitude

Le fort d'Al Karak

Villages de montagne à 1500m d'altitude 

 

 

 

 

 

Le site de Pétra vu depuis les hauteurs de la ville

Retour à Aqabat, avant de rentrer en Israël par la frontière d'Eliat 

Coucher de soleil au bord de la Mer rouge 

 

 

ISRAEL, du 15 au 24 février 

Israël est un pays du Moyen-Orient qui borde la mer Méditerranée. Pour les Juifs, les Chrétiens et les Musulmans, c'est la Terre sainte. Ses sites les plus sacrés se trouvent à Jérusalem, dont la vieille ville inclut le mont du Temple, avec le sanctuaire du dôme du Rocher, le célèbre Mur des Lamentations, la mosquée al-Aqsa et l'église du Saint-Sépulcre. Tel Aviv, le centre financier d'Israël, est renommée pour ses plages et son architecture.

 

 

Quelques photos pendant notre séjour en Israël 

Tous les panneaux de circulation sont inscrit en hébreu, arabe et anglais          

 

Bethléem en Palestine

 

Avec ses rues étroites tantôt montantes, tantôt descendantes 

 

Ses rues commerçantes et son ambiance chaleureuse, typique des pays musulmans 

 

La ville sainte de Jérusalem  

 

                

Le mur des lamentations  

 

,

 

Tel Aviv-Jaffa, le centre financier d'Israël 

 

 

Ses gratte-ciel  

 

Ses vieux quartiers visités par de nombreux touristes

 

 

La ville portuaire d'Ashdod, au bord de la Méditerranée  

Marina Port à Ashdod 

 

Des prières, mais pas que !! 

 

 

Des bivouacs sympas au bord de la Méditerranée à Ashdod  : les deux d'IOverlander (dont l'un près du port d'embarquement) et bien d'autres sur la longue plage, voir ci-dessous.  

Ici, à la Marina (avec eau et douches sur la plage) GPS : 31.792743N 34.628472E 

Ou, carrément au milieu des dunes, mais sans eau, ni douche GPS : 31.783221N   34.62393E

 

 

 

Dans toutes les villes israéliennes, nous avons été surpris par les coutumes vestimentaires et physiques des juifs orthodoxes (chapeau, manteau noir, franges blanches, barbe et papillotes) et nous avons voulu en savoir la signification. Quelques explications sur le lien, ci-dessous :  

https://harissa.com/news/article/les-coutumes-vestimentaires-des-juifs-orthodoxes

 

 

 

Nos ressentis et commentaires (tout à fait personnels) après notre séjour en Israël

Ce pays ne nous a pas du tout conquis et nous nous y sommes sentis vraiment mal à l'aise. La première raison, c'est l'ambiance religieuse qui est diffusée par les extrémistes juifs orthodoxes (très peu nous ont adressé la parole, on avait même l'impression que notre présence en Israël les dérangeait). La deuxième, car nous avons pu, quand même, parler avec certains israéliens, c'est le climat de rascisme qui règne dans le pays. Dommage, Israël n'aura pas été notre pays "coup de coeur" !

 

La fin du voyage et le retour en Europe avec le Grande Méditerranéo de la Cie Grimaldi  

 

Départ prévu le 23 février, en RORO, bateau de marchandises pouvant accueillir une dizaine de passagers

 

 

24 février, dernières nouvelles  :

Le Grande Méditerranéo est bien arrivé le dimanche 23 février à 14 heures et nous avons pu monter à bord en fin de journée. Nous sommes pour l'instant 6 passagers (un couple d'Antibes, une jeune française en vélo, un motard irlandais et nous). Une autre personne est attendue.

Aux dernières nouvelles, nous devrions partir ce soir à minuit et nous devrions arriver à Salerno (Italie) autour du 6 mars, après deux escales, une en Egypte et une en Turquie. Beaucoup d'inquiétude pour le retour en Italie où l'épidémie du coronavirus a pris beaucoup d'ampleur (surtout dans le nord). 

 

 

Coin cuisine

Comme ça fait 4 jours qu'on est au même endroit, en attente de partir en cargo pour l'Italie, qu'il ne fait pas très beau et que je m'ennuie un peu, je viens de ressortir mon four palestinien (pour moi le modéle Omnia pour camping-car). Hier j'ai fait un cake au pesto et feta et aujourd'hui un savoureux gâteau au yaourt et muesli. 

Mon four Omnia se compose de trois pièces superposées: un fond, un moule, et un couvercle. L’ensemble se pose sur la cuisinière à gaz. Le trou du fond et celui du moule permettent à la chaleur de la cuisinière de monter, d’atteindre le couvercle et de fournir la chaleur par le dessus. Le couvercle est percé pour la ventilation. 

 

 



Infos Voyageurs                                      

Jordanie

 

10/02 Entrée frontière Aquabat :

Pas de visa pour la Jordanie, nos passeports ont, simplement, étaient tamponnés.

Assurance véhicule : nous avons payé 36€ pour un mois (pas possibilité de prendre moins)

Douane : 20€ de taxes d'importation (Bureau de change à proximité) 

 

15/02 Sortie frontière Aquabat : RAS, sortie très rapide.

 

Monnaie : 1€ = 0,76JOD (Dinar jordanien)

Simcard acheté chez Orange, à Aqabat : 13JOD (17,50€) pour 40go

Gazoil : 0,605JOD/litre soit 0,79€/l. Nous n'en avons que pris une fois, car nous avions bien fait le plein en Arabie Saoudite à 12cts d'euro. 

 

Israël 

 

15/02 Entrée frontière à Eilat

Visa gratuit de 3 mois. Aucune question sur l'itinéraire suivi pour arriver jusqu'en Israël : comme nous avions des tampons iraniens, datant de 2018, sur nos passeports, on nous avait dit qu'on aurait droit à des interrogatoires. Fouille assez pointue,   

Assurance véhicule : Israël figure sur la carte verte de notre assurance, donc pas nécessaire d'en prendre une autre. Nous avions pris la précaution de nous faire envoyer par mail, la nouvelle carte verte pour 2020, elle nous a bien été réclamée. 

Douane : On nous a délivré un document d'importation pour le land, mais nous n'avons rien payé. 

 

Shipping d'Israël (Ashdood) en Italie (Salerno): Nous avions fait une pré-réservation, sur internet, auprès de la Cie Grimaldi, mais je pense qu'il est possible de prendre son billet directement à Ashdod. En réservant à l'avance chez Grimaldi, on peut bénéficier d'une réduction de 5%, si on a déjà fait d'autres traversées avec eux. Pour devenir membres Grimaldi Freighter, il faut demander le « Certificate of Membership » par email : gfc@grimaldi.napoli.it, en précisant les dates des voyages déjà effectués, c’est gratuit.  

 

23/02 Sortie frontière au port d'Ashdodcar nous prenons un cargo (RORO) jusqu'à Salerno en Italie avec la Cie Grimaldi. Nous aurons à payer la somme de 1000 shekels de taxes portuaires payées obligatoirement en espèces (cette information sera rectifiée ultérieurement, s'il y a lieu).

Shipping Grimaldi : 1450€. Frais d'agence chez Allalouf (agence que nous avons dû contacter à Ashdod avant l'embarquement) : 150€ (payé cash) et un facilitateur imposé par l'agence (Mr Ofer Atedgi) pour les démarches au port : 250€).Taxes portuaires :le facilitateur nous avait dit que nous devrions payer 1000 shekels en espèces.  A la sortie, la note est salée avec ces suppléments ??? 

Agence Allalouf, Building SEA PORT Ashdod : GPS 31.813544N  34.648968E  (avec un grand parking à proximité)

Mr Offer Atetgi (facilitateur Customs) Forom Building 1er Etage (porte 44), 3 Banaim Street Ashdod: GPS 31.813017N   34.658443E 

 

Mise à jour le lundi 24/02 concernant les taxes portuaires. Les taxes portuaires qu'on nous a demandé n'ont pas été de 1000 shekels (comme nous l'avait dit le facilitateur grrrr....), mais seulement de 29 shekels (soit 8€). Ouf, quelle surprise ! La dame employée, par le facilitateur, qui nous a accompagné au port pour les démarches, avec l'autre couple de français, était très aimable.

27 shekels au lieu de 1000 shekels, on se pose toujours la question ??? Le couple de français, qui était arrivé en Israël en bateau, avait déjà payé des taxes douanières élevés à l'entrée, donc il devait moins en payer lors de la sortie. A t'on bénéficié du même avantage ??? (alors que nous n'avions rien payé à l'entrée en Israël).

Comme nous avions trop de shekels en poche et qu'il n'y avait pas de bureau de change, la dame nous a proposé d'aller nous les changer en euros, en ville. Conseils au futurs voyageurs qui embarqueront à Ashdod, ne prenait pas de shekels pour les taxes portuaires. Quelque soit le montant, il trouveront toujours une solution pour vous faire payer.  

 

Prix total du shipping après la révision des taxes portuaires : 1858€ 

Shipping Grimaldi : 1450€ + Frais d'agence chez Allalouf : 150€ (payé cash) + Facilitateur imposé par l'agence pour les démarches au port : 250€ (payé cash) +Taxes portuaires révisées 29 shekels, soit 8€ 

 

Monnaie : 1€ = 3,71 ILS (Shekel israélien) 

Simcard Cellcom acheté à Green Mobile, à Ashdod  : 80 ILS (21,50€) pour 50go 

Gazoil : nous avions fait le plein en Jordanie, car nous savions qu'il était trés cher en Israël (5,70 ILS soit 1,53€)

Sécurité nous nous sommes sentis en sécurité dans tout le pays. Nous nous attendions à avoir beaucoup de contrôles d’identité, mais n’en avons eu qu'une seule fois, au check-point pour entrer en Palestine. 

 

BYE, BYE ISRAEL , mardi 24 février à minuit !

  

 

Euro4X4parts, notre sponsor qui nous accompagne en Asie : http://www.euro4x4parts.com/

 

 




En Arabie Saoudite, les nomades que nous sommes sont les bienvenus !

10:04 , 10/02/2020, Arabie saoudite .. Publié dans 64 Arabie Saoudite 2020 .. 0 trackbacks .. Lien
Mots clefs :

Pour voir directement les pays que nous avons visités, allez dans RUBRIQUES (sur la droite de la page)

 

Voyager en Arabie Saoudite, une opportunité que nous n'avons pas voulu laisser passer !

Suite aux derniers évènements politiques entre l'Iran et les USA en janvier et d'importants problèmes au Cachemire entre l'Inde et le Pakistan, nous modifions l'itinéraire que nous avions prévu. Nous devions retourner en Iran, puis passer au Pakistan, en Inde et au Népal où nous laissions le land jusqu'en septembre. Notre nouveau itinéraire est donc, l'Arabie Saoudite, puis la Jordanie, Israël, l'Italie pour un retour en France autour du 15 mars.

Ce qui nous a décidé à changer d'itinéraire, c'est que l'Arabie Saoudite vient d'ouvrir ses frontières aux touristes. Les autorités saoudiennes ont commencé à délivrer des visas de tourisme en septembre 2019. Au total, ce sont les ressortissants d'une cinquantaine de nationalités qui peuvent séjourner dans le pays dans le cadre d'un séjour touristique. Une première dans ce pays si longtemps resté fermé aux visiteurs non musulmans !

Pourquoi cette ouverture au tourisme ?

En délivrant pour la première fois des visas touristiques, l'Arabie saoudite ouvre ses portes aux vacanciers dans le but de diversifier ses ressources, pour l'heure complètement dépendantes du pétrole. Le développement du tourisme est l'un des principaux axes du programme de réforme «Vision 2030» du prince héritier Mohammed ben Salmane, qui vise à préparer la plus grande économie arabe à une ère post-pétrolière. 

«Ouvrir l'Arabie saoudite aux touristes internationaux est un moment historique pour notre pays», a déclaré Ahmed al-Khateeb, directeur du tourisme, dans un communiqué. «Les visiteurs seront surpris de découvrir les trésors que nous avons à partager: cinq sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco, une culture locale vibrante et des beautés naturelles à couper le souffle». 

L'Arabie saoudite va offrir en ligne des visas de tourisme aux citoyens de 49 pays, selon Bloomberg News, qui cite Ahmed al-Khateeb. Ce dernier a précisé que le royaume allait assouplir le code vestimentaire pour les femmes étrangères et leur permettra de se promener sans porter l'abaya, la robe traditionnelle obligatoire en public pour les Saoudiennes. Toutefois, les visiteuses étrangères devront porter «des vêtements pudiques», a-t-il ajouté. L'austère royaume, qui interdit l'alcool et où les normes sociales sont très strictes, n'est généralement pas considéré comme une destination très «vendeuse» pour le tourisme. Mais le prince Mohammed ben Salmane veut changer cette perception et a déjà insufflé plusieurs réformes libérales qui ont permis l'ouverture de cinémas et l'organisation de concerts ou d'événements sportifs dans le pays.

Les critiques internationales sur le non respect des droits de l'homme dans le royaume, et notamment le meurtre sanglant l'an passé du journaliste Jamal Khashoggi, pourraient aussi refroidir les touristes étrangers, craignent des experts. 

Longtemps, l'Arabie saoudite n'a émis des visas que pour les travailleurs expatriés et leurs familles, ainsi que pour les pèlerins musulmans voyageant vers les sites sacrés de La Mecque et Médine. Elle a commencé l'an dernier à délivrer des visas pour les spectateurs de rencontres sportives ou de concerts dans le but, déjà, de commencer à développer le secteur du tourisme. 

Le gouvernement, qui doit faire face à des prix du pétrole assez bas, espère que le tourisme va se développer et représentera 10% du produit intérieur brut saoudien à l'horizon 2030. L'Arabie saoudite a ainsi dépensé des milliards de dollars pour tenter de bâtir une industrie touristique à partir de zéro. 

En 2017, le royaume a annoncé un projet de plusieurs milliards de dollars pour transformer 50 îles et autres sites vierges de la mer Rouge en stations balnéaires de luxe. Le pays développe également des sites archéologiques comme Madain Saleh, qui abrite des tombes en grès de la même civilisation que celle qui a construit la célèbre cité antique jordanienne de Petra. 
 

Riyad, la capitale saoudienne se trouve au centre de la péninsule arabique sur un large plateau, le Nejd. Elle forme avec Buraydah et Al Khardj, le « couloir central » de développement. Deux autres zones de population du pays se situent d'une part, autour de Djeddah et La Mecque sur la mer Rouge, et d'autre part, autourd'Al-Hufuf et Dhahran syur le Golfe Persique.
  
 
Du 21 au 24 janvier, de Al Hofuf à Riyad 

Camel Rock (Al Quarah Mountain à l'est de Al-Ahsa)
 
Nous retrouvons nos amis suisses Lucie et Raymond à Al-Ahsa près du Hofuf

Longue route désertique de AlHofuf à Riyad   
 
Nuit fraîche dans le désert, seulement 6° le matin. On a ressorti bonnet et polaires!  


Riyad (en arabe : الرياض / ar-riyāḍ, signifiant littéralement « les jardins ») est la capitale du royaume d'Arabie saoudite dans la province homonyme. Elle s'étend sur 1 554 km ², et comptait officiellement plus de six millions d'habitants lors du recensement en 2017, ce qui en fait la ville la plus peuplée du pays
.

Le fort Masmak, près de Deera Square à Riyad

Bivouac en plein centre ville de Riyad sur un parking bien ombragé, où nous sommes tout seul (iOverlander 24.6585N et 46.713E)
  

Riyad et ses nombreux gratte-ciel  


La tour Al Faisaliah avec sa forme pyramidale bien particulière et un globe de verre à son sommet où se trouve un restaurant avec une vue panoramique sur la ville. Ce gratte-ciel comprend principalement des bureaux, un hôtel 5 étoiles, quelques logements, un grand centre commercial et un parking.



De jeunes vendeuses, dans un centre commercial, à l'heure de la pose. Les magasins baissent leur rideau pendant la prière. Des jeunes filles très joviales qui n'ont pas l'air d'être génées par leur niqab. 
 
 
Du 24 au 28 janvier : Layla, Wadi Ad Dawasir, Abha, le village Rijal Almaa et la région montagneuses d'Azir
 
Des bivouacs sympas toujours en pleine nature ! 
Petite ville dans le désert
 
 
Abha, visite du Village des artistes en compagnie d'Eiman et son ami. Puis, nous terminons la soirée dans un quartier plus branché, en centre ville, au Café Bicyclette (malheureusement, nous n'avons pas pu prendre de photos, nos téléphones étaient à plat).
 
  
 
 
 
 
 
 
 
Rijal Almaa est un village situé dansla région de l'Asir.  Il est à 45 kmd'Abha.Autrefois, le village était un passage naturel qui reliait le Yémen, la Mecque, Médine et le Levant. C'était donc un centre commercial régional. 
Rijal Almaa contient environ 60 bâtiments à plusieurs étages en pierre, en argile et en bois. Le village a une signification historique car il a un certain nombre de forteresses hautes et anciennes. 
Récemment, un projet de réhabilitation a été entrepris par la Commission saoudienne du tourisme et des antiquités en collaboration avec le secteur privé. De plus, un musée a été créé par la population locale dans l'un des forts du village en 1985.
En 2017, le village a reçu le prix du Prince Sultan bin Salman pour le patrimoine urbain. En janvier 2018, la Commission saoudienne du tourisme et du patrimoine national (SCTH) a remis le dossier Rijal Almaa auCentre du patrimoine mondial de l'UNESCO. 
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
Du 29 janvier au 1er février : Al Bahah, Taif, Djeddah 
 
Des hordes de baboins un peu envahissants mais pas du tout agressifs, sur une route de montagne très très pentue et en lacets qui nous a mené à 3000m d'altitude (en 1ère ou ou 2ème petite pour la conduite du land et arrêt obligatoire car le moteur chauffait).
On ne sait vraiment pas comment nous nous sommes trouvés sur cette route. N'ayant pas prévu de venir en Arabie Saoudite, nous n'avons ni carte papier, ni guides touristiques et aucune information mise par d'autres overlanders. Nous piochons sur internet pour trouver des sites à visiter et nous nous dirigeons avec maps.me ou google maps (rarement sur ce site car la connexion est payante) et c'est quelquefois la galère. Mais "cerise sur le gâteau" les détours et kilomètres faits à tort, nous amènent parfois sur des sites isolés où nous découvrons de magnifiques paysages. En route pour Al Bahah ! 
 
 
 
 
 
  
 
 
 

Djeddah (la porte de la Mecque) 

     
Deux bivouacs en bordure de mer, près d'une mosquée, où nous cotôyons beaucoup de monde 
Des expatriés de tous les horizons, qui viennent travailler en Arabie Saoudite : des Yéménites, des Pakistanais, des Egyptiens, des Syriens, des Philippins, des Bangladais et même une marocaine mariée avec un Saoudien 
 
Abdulah revient, du super marché, chargé de victuailles (fruits, yaourts, gâteaux, carton d'eau minérale et autres nombreux cadeaux....) pour passer la soirée avec nous. Il nous propose de nous faire visiter la ville de Djeddah le lendemain.
 
Visite nocturne des nouveaux quartiers de Djeddah
Abdulhah, qui travaille aux douanes du port, arrive vers les 19 heures et nous amène dans son beau chevrolet 4X4 pour visiter la nouvelle ville de Djeddah. La soirée se termine au restaurant où nous sommes, bien sûr, ses invités.Vraiment incroyable, l'accueil en Arabie Saoudite et la gentillesse de la population.
 
 
 
 
 
Fin de soirée au restaurant, où nous sommes, bien sûr, les invités d'Abdulah  
 
 
Façades de vieilles maisons à Djeddah  
 
La religion et l'accès au villes saintes
Les villes de La Mecque et Médine sont des « territoires sacrés » totalement interdits aux non-musulmans. Enfreindre cette interdiction peut faire encourir l'emprisonnement, voire la peine de mort. Afin de garantir celle-ci, des postes de contrôle sur les routes surveillent l'accès à ces deux villes. De plus, les autorités saoudiennes exigent désormais la présentation d'un « certificat de conversion à l'islam » pour toutes personnes converties qui souhaitent pénétrer dans le « périmètre sacré ». Ce document est normalement délivré dans n'importe quelle mosquée, après entretien et contrôle des connaissances, mais il n'est pas nécessaire lorsqu'on possède un nom et un prénom musulman.
 
 
Les villes de Medina et La Mecque interdites aux non musulmans
  
 
 
Du 1er au 9 février , Al-Ula, Madain Saleh, la vallée d'Al Disah (dans la province de Tabuk) et Duba 
 
Al-ʿUla est une oasis de la province de Médine au nord-ouest. 
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Al-'Ula?fbclid=IwAR2nVqi4iTwIW_vbcqeA6wHFVMGOAPJiBT3ZSWJgbmZzMQMCQMut7-H6qA4
 
3 bivouacs au milieu des ruines de la vieille ville abandonnée d'Al Ula (GPS N 26.62458 E 37.92200) 
 
 
Nous y rencontrons un groupe d'architectes qui font partis de l'agence française Afalua chargée du développement d'Alula. Le projet est de mettre en œuvre un modèle nouveau de développement économique et touristique, centré sur la préservation absolue de l'environnement, respectueux de l'histoire, des territoires et de la population locale, au service d'une expérience touristique authentique, fidèle à l'hospitalité du monde arabe. https://www.afalula.com/ 
L'Agence Française Afalula a pour mission d'accompagner son partenaire saoudien, la Commission Royale pour AlUla (RCU), dans la transformation de la région d'AlUla en une destination culturelle et touristique mondialeL'Agence Française Afalula a pour mission d'accompagne
 
 
     
Elephant Rock
 

Madain Saleh A quelques kilomètres d'Al Ula, se trouve le site nabatéen de Madain Saleh classé au Patrimoine Mondial par l'Unesco. Au VIème siècle av. JC, le territoire nabatéen, dont les monuments les plus célèbres se trouvent à Petra en Jordanie, s'étendait du sud de la Jordanie actuelle jusqu'à Madain Saleh. C'est pourquoi, on retrouve ici les mêmes vestiges.  

 
 

Grâce aux groupe d'architectes rencontrés dans la vieille ville d'Al Ula, nous avons eu la chance de pouvoir visiter le site de Madain Saleh. Le responsable de la Royal Commission Tourism d'Al'Ula, interessé par notre voyage en Arabie Saoudite nous a proposé de faire un interwiev pour parler de notre visite à Al Ula. 

  
 
 
 
 
 
 
 
La vallée d'Al Disah et Duba (dans la province de Tabuk)
Le mot « Al Disah » désigne une vallée de palmiers. L'altitude de Wadi Al Disah est à 400 mètres au-dessus du niveau de la mer, avec des températures comprises entre 12°C et 31°C. La vallée d'Al Disah se caractérise par des formes montagneuses et de hautes colonnes rocheuses, fournissant un paradis pour les alpinistes, ainsi que des sources d'eau douce. 
 
 
Points GPS : N 27.63535 E 036.52592
 
 
  
 
 
  
  
 
De petites mosquées toutes simples, dans des endroits toujours inatendus !
 
 
Et, comme dans tous les pays d'Extrème Orient, des dromadaires le long des routes 
 
 
Vu du Fort de Douba sur la côte de la mer Rouge 
 
 
Coucher de soleil dans la ville portuaire de Duba, au bord de la Mer Rouge 
  
 
Le code vestimentaire, pour les hommes et les femmes, en Arabie Saoudite  
Le code vestimentaire en Arabie Saoudite suit strictement les principes du hijab, le principe islamique de la pudeur, en particulier dans la tenue vestimentaire. Les vêtements, larges, amples, vagues, et couvrant au maximum, donc chastes et modestes, ou simplement formels, sont également adaptés au climat. Dans le domaine public, tout porteur de vêtement (visible extérieurement) susceptible de blesser la pudeur, selon les appréciations locales, c'est-à-dire trop ajusté, ou découvrant la peau (de la cheville au cou), peut devoir en rendre compte en personne, ainsi que son responsable ou répondant légal (père, oncle, mari, frère...).
 
Traditionnellement, les hommes portent une chemise longue, couvrant jusqu'aux chevilles, en tissu de laine ou de coton (connu sous le nom Thawb), blanc ou noir, avec un keffieh (grand carré de coton à damiers maintenu en place par une bobine de fil) ou un ghutra (un carré blanc ordinaire en coton plus fin, également tenu en place par une bobine de fil, l'agal) sur la tête. Pour les rares périodes de froid, les hommes portent en plus un manteau en poil de chameau, le bisht.
 
 
Nombreuses boutiques de keffiéhs à Riyad 
 
Les femmes portent ce qu'on appelle « l'Abaya », l'habit traditionnel des musulmanes. C'est une longue robe noire qui se porte avec le « Hijab » ou le foulard. Ce dernier recouvre le cou et une partie des cheveux. Elles ajoutent aussi le « Niqab » à leur toilette pour recouvrir la bouche et le front.
Les femmes sont généralement toutes habillées en noir, mais récemment, de nombreuses toilettes à la mode émirienne sont disponibles dans des couleurs plus vives, surtout pour les bordures et les motifs. Et généralement coupées de manière droite, aujourd'hui, les jeunes femmes peuvent et se permettent de porter des Abayas cintrées à la taille. 
Cependant, les femmes sont autorisées à enlever leur Abaya quand elles se retrouvent entre elles ou chez elles. Elles peuvent ainsi faire étalage de vêtements très à la mode portés en dessous de ce voile noir.
 
 
 
Derrière le niqab !
 
https://www.genreenaction.net/Arabie-Saoudite-Derriere-le-niqab.html
 
 
En Arabie saoudite, les femmes bientôt dispensées de leur longue robe noire 
https://www.courrierinternational.com/article/en-arabie-saoudite-les-femmes-bientot-dispensees-de-leur-longue-robe-noire 
 
 

10 février, nous quittons l'Arabie Saoudite pour rentrer en Jordanie, au golfe d'Aquaba 
 
 
 
Coté Cuisine 
 
Nous avons découvert le café arabique. Le café est né dans la péninsule arabique. Alors qu'en France, la méthode de préparation la plus répandue pour le café est celle de la percolation - par exemple à l'aide d'une cafetière italienne - en Arabie saoudite, il se prépare par décoction, "à l'arabe". Le café arabe se définit par sa méthode de préparation et non par la variété des grains. Le café est mélangé à de l'eau et porté à ébullition sur un pot appelé Dalla. La cardamome, le clou de girofle, le safran, l'eau de rose ou le gingembre sont autant d'épices qui peuvent entrer dans sa composition. 
 
 

Les dattes avec de nombreuses variétés ici en Arabie. 

La datte Sukari (littéralement « datte sucrée ») a un goût caramélisé et fruité à la fois, elle laisse en bouche une sensation de douceur. En forme de dôme, ces petites dattes en provenance d'Arabie Saoudite, plus précisément d'Al Qassim entre Médine et Riyad sont un pur régal. Ni sèches, ni trop sucrées, elles sont idéales à déguster seules mais aussi en pâtisserie car elles ne fondent pas pendant la cuisson et se marient parfaitement à la pâte sablée.
 
 
Le pain arabe (arabic bread) cuit au four, qu'on trouve partout ! Les boulangeries sont souvent tenues par des Pakistanais 
 
La pâte crue est collée sur les parois, à l'intérieur 
Ou, ici, de façon plus traditionnelle 
 
 
Et, le 6 février, jour de la Chandeleur, des crêpes bien sûr !  
 
Dégustées avec le dernier pot de confiture maison, qu'il nous reste. Mais, plus de rhum pour les faire flamber !  
 
 
Infos Voyageurs 
 
Obtenir un e-visa pour l'Arabie Saoudite est un  jeu d'enfant. Le visa de tourisme pour  l'Arabie Saoudite est un visa électronique ayant la même valeur qu'un visa papier. Son avantage réside dans le fait qu'il s'obtient en ligne. Plus besoin de se déplacer ! Comme son nom l'indique, il permet uniquement de séjourner en Arabie Saoudite dans le cadre d'un séjour touristique. Pour tout autre motif (travail, étude...), un visa spécifique est nécessaire. L'e-visa de tourisme saoudien est un visa Multiple Entrée dont la durée de validité est de 1 année après son émission. Il permet à son détenteur de séjourner dans le pays jusqu'à 90 jours au total.  Prix du e-visa : 463,44 rials saoudiens soit 112€.  Change 1€ = 4,12 rials saoudiens. Prix du gazoil : de 47 à 52 rials/litre (ce qui fait autour de 12 cts d'euro)
 
Entrée frontière Sila (EAU) / Batha (Arabie Saoudite) : RAS, rien à payer. CPD non demandé. Nous avons pris une assurance pour le land : 210 rials soudiens soit 50€ (payé par CB) pour 2 semaines.
Sortie frontière : Durra border. RAS, passage en moins d'un quart d'heure. 
 
 
 
QUE PENSONS NOUS SE L'ARABIE SAOUDITE ? 
Que du bien, même si nous n'avons pas tout vu et ne savons pas tout. 
Les gens sont adorables et nous avons été accueillis comme on ne peut l'imaginer. Ils nous arrêtent sur la route pour prendre des photos et ils nous donnent leur numéro de téléphone au cas où nous aurions un problème. Nous avons été invités à plusieurs reprises au restaurant ou pour prendre un café. Lors des bivouacs, nous avons partagé leurs pique-nique. A la boulangerie, par deux fois, on ne nous a pas fait payer. Aux checks-points, les policiers ont toujours été agréables et souriants lors des contrôles, en nous offrant même des biscuits. Notre première simcard 10go, d'une valeur de 40€ (opérateur STC), nous a été offerte. Et, pour couronner tout cela, alors que nous cherchions un bureau de change à Duba, un samedi et que toutes les banques étaient fermées, un saoudien nous a donné 200 rials (50€). Vraiment INCROYABLE ! 
L'Arabie Saoudite est l'un des pays où nous nous sommes sentis le plus en sécurité : on peut bivouaquer où l'on veut, en toute liberté.
 
S'il est clair que l'Arabie Saoudite a encore beaucoup de chose à changer, le processus semble bien engagé !
 
Quelle belle découverte que ce pays magnifique, accueillant, et quelle chance d'avoir pu y venir avant qu'il soit pollué par le tourisme de masse. 
 
L'ARABIE SAOUDITE, NOUS AVONS ADORE  !
 
 
Bivouac au bord de la Mer Rouge
 
EN ARABIE SAOUDITE, LES NOMADES QUE NOUS SOMMES SONT LES BIENVENUS ! 
 
 
Euro4X4parts, notre sponsor qui nous accompagne en Asie : http://www.euro4x4parts.com/



Les Emirats Arabes Unis (UAE)

08:18 , 20/01/2020, Emirats arabes unis .. Publié dans 62 Emirats arabes unies 2019 2020 .. 2 commentaires .. 0 trackbacks .. Lien
Mots clefs :

Pour voir directement les pays que nous avons visités, allez dans RUBRIQUES (sur la droite de la page)

 

 

 1er sejour aux Emirats Arabes unies                    1

Jeudi 19 décembre, nous arrivons aux Emirats Arabes Unis : 17 heures, nous sommes enfin libres .... Après cette longue journée ponctuée de tampons et de va et vient à travers le port, tout le monde est fatigué. Nous bivouaquons 5 kilomètres plus loin sur la plage de Sharjah avec nos amis voyageurs, Nathalie et José.  

 

Premier bivouac près de l'Aquarium à Sharjah, un bel emplacement. 

 

Vendredi 20 décembre, Sharjah, on a réservé un hôtel/appart pour 2 nuits : 

https://www.savoydubai.com/fr/savoy-central/

   

Vue depuis la terrasse de notre hôtel (au 8ème étage)

Nathalie et José nous y rendent visite et nous profitons de la wifi gratuite de l'hôtel pour faire nos e-visas d'Oman

 

DUBAI, VILLE DE LA DEMESURE !

Nous choisissons le métro pour nous y déplacer, et laissons tranquillement le land sur le parking de l'hôtel

Pharaonique, futuriste, gigantesque, les superlatifs manquent et s’il y a bien un lieu incontournable à visiter lors d’un voyage à Dubaï, c’est le Burj Khalifa! Projet d’architecture titanesque achevé en 2009 et visible à près de 100 km à la ronde dans le Moyen Orient, on la reconnaît entre toutes les tours de Dubaï par son allure élancée.

La tour Burj Khalifa est juste à côté du Dubaï mall, le plus grand centre commercial de Dubaï et du son et lumière des fontaines de Dubaï, dans le quartier de Downtown Dubaï, non loin du quartier des affaires.

Burj Khalifa, et ses 828 mètres et possibilité de monter jusqu'au 148ème étage 

 

Burj Khalifa Tower bientôt détrônée par Dubaï Creek Tower 

https://voyagedubai.fr/dubai-creek-tower-tour-un-kilometre-dubai-creek-harbour

 

Dubai, ville de gratte-ciel gigantesques, du plus grand centre commercial et le plus visité du monde, le Dubai Mall 

Le Centre commercial Dubai Mall a ouvert ses portes en novembre 2008. Il compte plus de 1 200 boutiques et 14 000 places de parking sur une surface de 111 hectares.

Belle décoration au Mall des Emirates pour Christmas Day (fête essentiellement commerciale ici)

Et vitrines décorées 

 

Au pied de la plus haute tour du monde, plusieurs fois par jour, un magnifique spectacle son et lumière accompagne un ballet de fontaines géantes. Un spectacle grandiose pour petits et grands. Venez en avance pour être au premier rang! 

https://www.youtube.com/watch?v=AkLWuycaNS4

Sur les bords de mer, au bout de la Jumeirah Road, l’attraction majeure reste le Burj Al Arab (« la Tour arabe »), l’hôtel le plus luxueux et le plus haut du monde (7 étoiles et 52 étages pour 321 m de hauteur), en forme de voile de boutre gonflée par le vent. Avec ses 202 suites de luxe en duplex, son restaurant panoramique et son intérieur haut de gamme, le Burj Al Arab est devenu l’emblème de Dubaï et l’hôtel le plus photographié aux Émirats arabes unis 

 

24 et 25 décembre, deux bivouacs sur la plage Al Sufouk (N25.11724 E 55.16942) et réveillon entre amis 

Après la Burj Khalifa et ses 828 mètres !!! , la magie des fontaines de Dubaï sur des musiques du monde entier... la démesure des immenses "mall" comme The mall des Emirates et sa piste de ski ...on en prend plein les yeux et on ne peut s'empêcher de trouver une certaine beauté dans toutes ses prouesses architecturales!! Ce qui est plaisant aussi, c'est l'incroyable propreté de la ville. Ici, on peut s'habiller comme on veut, les gens sont courtois, toujours prêts à nous aider. Et cerise sur le gâteau, nous sommes installés dans un très beau bivouac en bord de plage, avec des températures très agréables où nous allons passer le réveillon avec deux autres couples de voyageurs français. Nathalie et José rencontré à Bandar Abbas et Nat et Jean qui viennent d'Arabie Saoudite.

Vu de la plage Al Sufouq 

 

Super réveillon de Noël, entre amis voyageurs, avec au menu : toasts aux oeufs de lumps, foie gras, saumon fumé, confit de canard et pommes de terre sautées, fromage et buche de Noël. Le tout arrosé de bons vins offerts par nos amis bordelais.

Fin de soirée sur la plage avec nos voisins bédouins    

   

Le jour de Noël, Isabella qui travaille à Dubaï, vient passer l'après midi avec nous. Quelle joie de la revoir après nos précédentes rencontres à Ventiane (Laos) et Katmandou (Népal), en 2015 et 2016. 

 

Dubaï, c'est aussi le camping, la plage, les plaisirs de la mer  très agréables en cette saison où la température moyenne est de 25°.

Les émiratis se mettent au caravaning et ne font pas les choses à moitié avec des caravanes super luxueuses ressemblant à des semi-remorques, de véritables salons extérieurs et le tout archi-climatisé. Ils posent leurs caravanes sur la plage et ça leur sert de maison secondaire en quelque sorte. C’est certain qu’avec ces attelages ils ne peuvent pas aller se balader dans le désert !

Des plages immenses où toutes les tenues sont permises pour la baignade et la bronzette (uniquement les européens toutefois !!)

 

Remarques sur les Emirats Arabes Unisaprès notre semaine de transit, avant d'entrer au Sultanat d'Oman 

La vie est chère à Dubaï et nous avons dû nous limiter dans les visites.

D'énormes inégalités sociales entre les différentes nationalités : les émiratis et les travailleurs immigrés (paki, philippins, bangladais…)  Il y a plus d’expatriés que de natifs des UAE. Le saviez-vous ? Les émiratis ne représentent que 16% de la population de leur pays, qui compte une majorité de d’immigrés du sous-continent indien et beaucoup d’expatriés occidentaux également.

La langue : si l'arabe est la langue officielle, ici, tout le monde ou presque, parle anglais ; c'est la langue de ralliement des différentes populations : arabes, iraniens, indiens, pakistanais, bangladais, asiatiques, chinois, français..

Conservateur ou libéral ? Il est bizarre ce pays. D’un côté il est assez libéral avec des femmes occidentales, indiennes ou chinoises qui peuvent s’habiller comme elles le souhaitent et de l’alcool qui se trouve relativement facilement. De l’autre il semble être très conservateur pour les musulmans eux-mêmes, en particulier les femmes qui portent systématiquement le tchador noir et qui semblent être très en retrait dans la société. Mais bon, ce n’est qu’une impression après une semaine dans ce pays, la vérité est peut-être différente...

 

Jeudi 26 décembre, dernière soirée aux Emirats, nous serons à Oman demain

Dernier nuit aux Emirats

 

Un Article intéressant, ci-dessous, sur l'avenir des Emirats Arabes

https://www.populationdata.net/pays/emirats-arabes-unis/

 

2eme sejour aux Emirats Arabes unies et des photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Coté cuisine

Fabrication du pain (appelé aussi naan, rosti ou chapatti), dans un quartier habité essentiellement par des indiens 

Etape 1   

Etape 2 

Etape 3

Etape 4 : la cuisson dans un four en terre

 

Infos voyageurs :

1er séjour aux Emirats Arabes unies du 19 au 26 décembre 2019

Bandar Abbas IRAN/ Sharjah EMIRATS: Deux ferry par semaine, le lundi et samedi 21 h et aussi le mercredi quelquefois  

Possibilité d'aller à l'agence "Valfajr Shipping Co" qui commercialise les traversées pour se faire confirmer les horaires : N 27.16566  E 56.22964. 

 

Bandar Abbas Port de Shahid Bahonar : arriver de bonne heure (8h / 8h30)  le jour de l'embarquement. Les formalités vont durer presque toute la journée. Nous n'avons même pas eu le temps de manger à midi et le repas sur le bateau (riz poulet) nous a été servi qu'à 23 heures. 

Quelle journée et dire que la pareille nous attendait le lendemain à Sharjah.

Prix du billet passager : 40€ (avec repas du soir et petit-déjeuner)

Prix du ferry : 365€

Taxes : 25€ 

Facilitateur (Mr Morteza) : 25€ (Morteza rencontré la veille nous demandait au départ 75€ par voiture, après de nombreuses négociations nous avons réussi à obtenir le prix de 50€ pour 2 véhicules (le notre et celui d'un autre couple de francais en camping car)

Au total, nous avons payé : 495€ à Bandar Abbas

 

Départ de Bandar Abbas vers 23h. Sur le bateau, nous sommes autorisés à dormir dans les véhicules. 

Arrivée vers 10 h aux Emirats Arabes Unis  1€ entre 3,90 et 4,10 UAD.

 

Port de Sharjah 

A la sortie du ferry, un bus nous amène aux bureaux de l'immigration, avec un groupe d'allemands (18 camping-cars qui avaient embarqués avec nous). Ne pas attendre et s'adresser tout de suite aux agents qui tamponnent un visa gratuit de 30 jours renouvelable

Retour au bout du bâtiment 6 au bungalow N 25.3637  E 55.37614 (tenu par un indien) qui délivre un "Delivery Order" et nous indique les étapes à suivre, puis nous taxe de 130€ (payé en espèces, en euros). Autres taxes diverses payées à différents endroits : 5€ (par carte bancaire) + 63€ (payé en dirhams UAE, après avoir été faire le change).

Nous n'avons pas pris d'assurance.   

Formalités teminées à 17 heures, pratiquement toute la journée comme à Bandar Abbas. EPUISANT !!

Au total, nous avons payé 198€ à à Sharjah

 

PRIX TOTAL DU SHIPPING IRAN/EMIRATS : 693€

 

 

Pour avoir plus de détail sur ce shipping, allez sur le site d'Alain et Claude (Exploracy), ci-dessous. Nous nous en sommes inspirés et nous le remercions pour les renseignements donnés qui nous ont été trés utiles. 

 

http://exploracy.fr/8-Shipping/8-Shipping.html

 

 

 

 

2ème Séjour Aux Emirats Arabes Unies du 14 au 20 janvier 2020  

 

Frontière Oman/Emirats à Mezyad, passage en une heure.  Rien à payer, ni en sortant d'Oman, ni en rentrant aux Emirats. Nous avons fait tamponné le CPD à la sortie d'Oman puisqu'il avait était tamponné à l'entrant. 

CPD non demandé cette fois-ci en entrant aux Emirats Nous n'avons pas pris d'assurance pour le land.   

  

 

 

 

 

 

Euro4X4parts, notre sponsor qui nous accompagne en Asie : http://www.euro4x4parts.com/

 




Le sultanat d'Oman

05:15 , 30/12/2019, Oman .. Publié dans 63 Oman 2019 2020 .. 0 commentaires .. 0 trackbacks .. Lien
Mots clefs :

Pour voir directement les pays que nous avons visités, allez dans RUBRIQUES (sur la droite de la page)

Le sultanat d'Oman est situé sur la côte sud-est de la Péninsule Arabe. Sa superficie est de 212 460 kilomètres carrés. Ce pays est bordé au nord par le Détroit d'Hormuz et le Golfe d'Oman, à l'est par la Mer d'Oman, au sud-ouest par le Yémen et à l'ouest par l'Arabie Saoudite et les Etats Arabes Unis. Une petite partie du royaume est située au nord des Etats Arabes Unis comme on peut le voir sur la carte d'Oman.

Géographie : La majeure partie du pays est constituée de roches et de sable. Les plaines côtières (Batina au nord-est et la région de Dhofar au sud-ouest) sont les seules terres prospères et fertiles et les seules régions habitées. Les montagnes Al-Jahar peuvent atteindre jusqu'à 3 107 mètres d'altitude. Elles séparent Batina des déserts de graviers situés au sud et représentent presque les trois-quarts de la superficie du pays.

Le climat : Oman possède un climat chaud et sec. Les précipitations annuelles, en moyenne comprises entre 5 et 10 cm/an, caractérisent le mois de juin et de septembre. La température peut atteindre 49° C durant les mois d'été, ce qui fait qu'Oman est un des pays les plus chauds du monde.

Les terres : On rencontre une végétation tropicale dans la région de Dhofar, célèbre pour ses encens. Moins de 1 % des terres sont cultivées et 5 % sont des pâturages et des prés. Les fermiers Omanais, victimes des grosses chaleurs et du manque d'eau, ne produisent que de petites quantités de trèfle, de bananes, de citrons verts, de mangues, de melons d'oignons, de grenades, de tabac et de blé. L'agriculture repose presque entièrement sur un système d'irrigation traditionnel. La culture de dattiers est surtout située sur les plaines côtières du nord-est et l'élevage dans la région de Dhofar. Les chameaux, élevés à Oman, sont considérés comme étant les meilleurs de la Péninsule Arabe. La mer fournit des sardines, des morues, des daurades, des seiches et des huîtres.

L'économie du pays dépend étroitement de l'industrie pétrolière celle-ci représente 85 % des revenus et 99 % des exportations du pays. On trouve une raffinerie à Mina al Fahal qui est aussi le centre principal des exportations pétrolières d'Oman.Les principales importations concernent les équipements de transport, les machines, les produits manufacturés, les denrées alimentaires et les produits chimiques.

Le tourisme à Oman pour remplacer le pétrole : Oman s’ouvre année après année au tourisme international. Le pays a besoin de diversifier son économie. Fort de sa riche histoire et du pluralisme impressionnant de ses paysages, le sultanat espère devenir rapidement une destination phare pour les touristes occidentaux, sans pour autant y perdre son âme. Un délicat dilemme. 

 

Jeudi 26 décembre 2019, entrée inoubliable au Sultanat d'Oman !!!

Nous retrouvons par hasard Nathalie et José à la frontière, où nous galèrons pas mal d'heures. A peine sortis, nous sommes abordés par Hassan, un Omanais qui nous invite tous, à passer la soirée et la nuit dans sa superbe demeure. Un accueil incroyable qui va longtemps rester dans nos cœurs !!!! 

  

 

Assan et Mari, nous conduisent, le lendemain, dans leur Coffee Nation ouvert depuis un mois   

 

Du 27 au 31 décembre, le littoral de la Batinah au Nord, de Sohar à Al-Suwaiq, puis la montagne du Hajar et le Djebel Akhdar (la montagne verte) et les wadis

Le long du littoral de la Batinah, des bateaux de pêche, de petites plages étroites, du soleil (25°) et toujours des "Welcome" et "How are you" et des invitations.  

Mais quelle déception de voir toutes ces maisons écroulées et ces amas de pierres sur des centaines de kilomètres. D'après les personnes interrogées, elles n'étaient plus habitées par les pêcheurs. 

 

De nouvelles villes crées, à l'intérieur des terres

 

Changement de décor, on part en montagne, vers le Hajar et le Djebel Akhdar (la montagne verte, avec un col à 2000m d'altitude), puis Niswa, Balha et Ghul  

 

 

 

 

 

 

 

  

   

 

Le fort de Balha près de Niswa

  

La grand mosquée de Niswa

 

Du 31 décembre au 2 janvier, à Mascate, la capitale du Sultanat d'Oman

 

31 décembre, on termine 2019 sur la plage de Mascate  

 

Coffee shop sur la plage de Mascate avec une famille indienne et le lendemain, nous sommes invités chez eux

On a trouvé notre bonheur pour notre réveillon du 31 décembre 

 

 

1er janvier, nous sommes invités dans une famille indienne  

 

Visite du vieux Mascate le 1er janvier  

 

 

Fort de Mascate

 

Du 2 au 8 janvier, de Mascate au Dhofar (Quravyat, Plage des Fins, Wadi Shab, Wadi Tiwi, Sour, Al Askharah, désert de Wahiba) du ciel bleu, des bords de mer au sable fin, des falaises rocailleuses, des wadis, des petits ports de pêche, des bivouacs de rêve et une longue route à travers le désert ! 

 

Les boutres de Sour 

Le Wadi Sham, pour ceux qui aiment la randonnée et la baignade dans les eaux claires et limpides

 

Bivouac au bord des plages 

Ras Al Khabba 

 

Pas fait pour nous le désert de Wahiba 

 

 

Du 8 au 14 janvier, 1000 kilometres de désert jusqu'au Dhofar (Klaluf, Ras Duqm, Madrakah, la lagune de Sawqrah, Fagharah) et Salalah 

 

 

 

 

11, 12 et 13 janvier : Salalah 

 

 

 

 

Minarets violets au Palace du Sultan Qaboos

Plage de Salalah, un vendredi, on s'amuse sur la plage!

Cascades près du wadi Darbat 

Le téléphone, passe-temps favori lorsqu'on attend les clients 

 

La montagne à 400m d'altitude près de Salalah, où on trouve des fermes et des vaches  

 

Plusieurs nuits sur la plage de Salalah, où nous retrouvons Nathalie et José 

 

 

Un peu de mécanique, ça manquait à notre voyage !!! 

Mais pas de chance, lorsque Denis s'aperçoit de la fuite (à la pompe à injection) un jeudi soir en fin de journée, que le vendredi c'est jour de repos et qu'il y a 3 jours de deuil national suite au décès du Sultan Qaboos et que tout est fermé.

Tout est bien qui finit bien quand même.  La réparation prévue le samedi est repoussée au dimanche et nous pouvons repartir lundi matin de Salalah, avec une pompe à injection entièrement révisée par un diéséliste compétent (et son adjoint népalais), puis installer dans un garage tenu par un indien. Coût de la réparation 220€. 

 

Le Sultan Qabous ben Saïd 

 

Son règne aura duré près de 50 ans. Le sultan d’Oman Qabous vient de mourir à l’âge de 79 ans, a annoncé samedi 11 janvier, le cabinet royal à l’agence de presse officielle omanaise. Qabous ben Saïd, qui avait pris le pouvoir à son père lors d’un coup d’Etat en juillet 1970, souffrait depuis un certain temps d’une maladie qui pourrait selon des diplomates être un cancer du côlon.

Un intermédiaire avec l’Iran

« C’est avec tristesse (…) que le sultanat d’Oman pleure notre sultan Qabous ben Saïd qui a été rappelé à Dieu vendredi soir », a indiqué l’agence Oman News Agency citant le cabinet royal. Le 31 décembre, les médias d’Etat avaient annoncé que le sultan se trouvait dans un « état stable » après plusieurs semaines de rumeurs sur sa santé.

Ses multiples hospitalisations en Allemagne avaient déjà suscité des inquiétudes sur sa succession et la stabilité de ce pays du Golfe. Le sultanat, neutre, joue en effet régulièrement les bons offices pour ses alliés occidentaux, notamment dans leurs relations tendues avec l’Iran voisin.

Né le 18 novembre 1940 à Salalah, dans la province du Dhofar (sud), où il a été à l’école, Qabous ben Saïd entre à 20 ans à la Royal Military Academy de Sandhurst, en Grande-Bretagne. Lorsqu’il prend possession du trône en juillet 1970, il entreprend de moderniser ce qui est alors le pays le plus pauvre de la péninsule arabique, mais qui commence à exporter du pétrole.

Le sultan, qui n’était pas marié et n’avait pas d’enfants ni de frères, devait, d’après la Constitution, écrire une lettre désignant son successeur au sein de la dynastie royale. Mais finalement la famille n’aura pas eu besoin du délai de 3 jours pour s’accorder sur un nom. Haitham ben Tarek, ministre du Patrimoine et de la Culture et cousin du défunt sultan Qabous, a en effet prêté serment comme nouveau sultan d’Oman, « après une réunion de la famille royale qui a validé le choix (d’un successeur fait par le défunt) sultan », a écrit le gouvernement sur Twitter. 

Grâce au Sultan Qaboos, le monarque absolu, Oman a été nommé "le pays ayant le plus progressé au cours des 40 dernières années" : la manne pétrolière n'y est pas étrangère.  

 

13 et 14 janvier, on remonte au nord par le désert (Thumrait, Dawkah, Hayma, Ibri) et nous rentrons à nouveau aux Emirats Arabes par la frontière à Meyzad

 

 

Ce que nous retenons après ce séjour au Sultanat d'Oman 

Avec ses montagnes spectaculaires, ses wadi encaissés, ses déserts battus par les vents et son littoral sauvage, le sultanat offre quantités d'attraits. Mais, c'est dans sa population que réside l'âme du pays : ce sens de l'hospitalité à l'égard des étrangers, cette ancienne tradition de partager "le pain" et de veiller à ce que tout se passe bien, même dans un contexte devenu très moderne. Comme aux Emirats, le Sultanat d'Oman, guidé par la foi musulmane se comporte en société moderne, partageant nombre d'aspirations occidentales tout en s'efforçant de maintenir leur identité arabe. Mais pas facile quand les natifs ne représentent que la moitié de la population. Mais ce mixage des populations et des religions, font que la population est devenue très tolérante aux coutumes et manières étrangères.  

Ce que nous avons surtout apprécié dans ce pays, c'est la sécurité (aucune délinquance, jamais d'agressivité où que ce soit). On peut bivouaquer où l'on veut, en toute tranquillité !  

 

Infos voyageurs :

E-Visas : environ 47€ pris sur le site officiel des visas pour Oman. Nous avons demandé les e-visas en Iran, mais n'avons pas pu payé par carte bancaire, sur le site, depuis ce pays. C'est seulement arrivés aux Emirats que l'accès au paiement par carte bancaire a été possible.   

 

Frontières

Le 26 décembre : Sortie Emirats à KLBA: 64 dirhams soit 16€ et CPD tamponné 

Entrée Oman à KHATAM.   Pas de taxe d'entrée à Oman 

Police : 3 heures de démarches et d'attente ??? 5 rials / personne payable en CB uniquement.

Douane : Nous faisons tamponné le CPD (pas forcément nécessaire).

Assurance : 20 dirhams omanais soit 48€ pour un mois

 

Le 14 janvier : Sortie Omanpar Meyzad, rien à payer, CPD tamponné 

Entrée Emirats, rien à payer , on ne nous a pas demandé le CPD 

 

Langues : Arabe, mais anglais parlé partout

Taux de Change : 1 € = 0,41 rial  1 rial = 2,40 €

Police : Assez présente, mais discrète.

Routes : De très bonne qualité. Gigantesques travaux d'amélioration un peu partout. Presque toutes sont éclairées la nuit. Radar tous les 3 à 10 km au nord, ça calme !  En descendant vers le sud, moins de radars et police discrète.

Diesel : Beaucoup de stations. Prix : 0,24 rials /l soit 0,57€/l 

Supermarchés : nombreux même dans les petites villes. On trouve absolument tout.

Prix : environ comme en France, mais avec le gazoil et les visites, le coût de la vie total semble inférieur. 

Internet (assez cher) SIM Omantel dans une galerie marchande, 6 rials (14€) pour un pack de 3 Go (simcard comprise) pour un mois, puis recharge 11 rials (26€) pour 6 Go

Sécurité : Aucun problème, pays très sûr.  

 

Euro4X4parts, notre sponsor qui nous accompagne en Asie : http://www.euro4x4parts.com/

 

 




Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Où suis-je actuellement ?






Rubriques

00 Nous contacter
01 La famille Robin
02 Les chiens font pas des chats
02b Les pays visites depuis 1982
03 Les voyages avant 2010 1ere partie
04 Les voyages avant 2010 2eme partie
05 Amerique du sud Le projet
06 Le vehicule
07 Les preparatifs
08 Les aurevoirs
09 La traversee de l Atlantique
10 L Argentine et La Patagonie
11 Le Chili
12 L Argentine et Le Chili
13 La Bolivie
14 Le Perou
15 L Equateur
16 L Argentine
17 Le Paraguay
18 Le Bresil
19 L Uruguay
20 Buenos Aires Argentine
21 Le retour
22 L Europe et le bilan
23 La fin du voyage
24 La Chambre d hotes Freycenet La Cuche
25 Le voyage en Chine 2011
26 Les nouveaux projets et changement de vehicule
27 Le land 130 et la cellule
28 Des Balkans au Caucase 2013
29 Espagne Portugal
30 Traverser la Chine avec son vehicule
31 Kazakhstan Kirghizistan 2015
32 Voyager en Land Rover
33 Chine 2015
34 Laos 2015 2016
35 Cambodge 2016
36 Thailande 2016
37 Malaisie 2016
38 Myanmar 2016
39 Inde 1 en 2016
40 Nepal 1 en 2016
41 Nepal 2 en 2016
42 Inde 2 en 2016
42 Inde 3 en 2016
43 Pakistan 2016
44 Iran 2016
45 Le Caucase Armenie Georgie Ukraine 2016
46 retour en Europe Slovaquie Autriche Allemagne France
47 Bilan voyage en Asie 2015 2016
47b Euro4X4parts notre sponsor
48 Depart Afrique de l Ouest Espagne 2018
49 Maroc Sahara Occidental 2018
50 Mauritanie 2018
51 Senegal 2018
52 Guinee Conakry 2018
53 Cote d Ivoire 2018
54 Ghana 2018
55 Togo Benin 2018
56 Burkina Faso Mali Mauritanie Maroc 2018
57 Moyen Orient 2019 2020
58 Slovenie Croatie Serbie Macedoine Grece 2019
59 Turquie 2019
60a Georgie 2019
60b Azerbaidjan 2019
61 Iran 2019
62 Emirats arabes unies 2019 2020
63 Oman 2019 2020
64 Arabie Saoudite 2020
65 Jordanie Israel 2020
66 Shipping Israel Italie 2020

Derniers articles

Fin du voyage en Moyen Orient et Shipping Israël/Italie 2020 (coronavirus)
Fin du voyage en Moyen-Orient avec la Jordanie et Israël
En Arabie Saoudite, les nomades que nous sommes sont les bienvenus !
Les Emirats Arabes Unis (UAE)
Le sultanat d'Oman
Iran, de la Mer Caspienne au Golfe Persique
L'Azerbaïdjan, un pays surprenant !
La Géorgie, pour une petite semaine !
La Turquie, porte de l'Asie
Slovénie, Croatie, Serbie, Macédoine, Grèce
Prochaine destination le Moyen-Orient, cap à l'est, départ samedi 26 octobre 2019
Retour du Golf de Guinée et Fin du voyage Afrique de l'ouest

Menu

Retrouvez nous sur Facebook
Notre chambre d'hôtes
Cornac expedition
Voyageurs du coeur
Terra incognita
Comulysse
Aneazimut
Viedelmondo
En route vers l'essentiel
Octopousse
Chambre d'hôtes Château de Lemps
musée des croyances populaires au Monastier sur Gazeille
Histoire de Voy@ge
La croisée des chemins
Le fin gras du Mézenc
Expédition Mongolie 2013
Famille Nanet de Reims
Famille Verney
Laspid
Afrikam 2009
Urgasia 2013
Le Monde pour Passager
Claude et Alain d'Annecy
Sites de voyageurs autour du monde
Paris Paname e Amérique du Sud
Famille Un tour à Cinq
Michel et Lucile avec nous au Tibet
Céline et Anthony
Chacha§XavierAroud the Rock
Rodarpelmon
Yves et Laura les Suisses
Tobi et Lydia
Damien et Emilie (1)
Claude et Alain
Euro 4X4 Parts
Damien et Emilie (2)
Patrick et Patricia
Les Famille autour du monde
Top Site Streaming
Site Streaming
Meilleur site streaming
Meilleur site de streaming
Site de streaming gratuit
Meilleur site streaming
Top Site Streaming
Top Site Streaming
Meilleur Site Streaming
Site Streaming

Amis

cornacexpedition

Newsletter

Saisissez votre adresse email